Soins Coordonnés interroge la Cour des Comptes

Le basculement de la prise en charge solidaire par la Sécurité sociale vers les assurances complémentaires Santé est en marche. Après le vote de l’article 1er de la loi sur la sécurisation de l’emploi qui pose les bases de ce que doit être « la complémentaire pour tous », les parlementaires envisagent de donner aux Mutuelles les outils pour se substituer à la Sécurité sociale solidaire avec le vote en première lecture de la loi relative au fonctionnement des réseaux de soins.

 

Outre que les cotisations aux assurances complémentaires santé sont inégalitaires puisque non proportionnelles aux revenus, contrairement aux prélèvements obligatoires aujourd’hui versés à la Sécurité sociale, elles sont également plus chères du fait de l’importance des coûts de gestion.

 

Soins coordonnés réitère ses interrogations sur la question des coûts de gestion des assurances complémentaires santé. L’opacité règne : ces coûts diffèrent d’un organisme à l’autre et ne relèvent d’aucune codification ou règlementation. Le droit à la santé ne peut être ébranlé par l’opacité financière et l’absence de contrôle.

 

Dans un contexte de crise majeure, les institutions se doivent de protéger la population de l’explosion injustifiée des coûts notamment dans le domaine de la santé, dont le droit demeure constitutionnellement garanti. Soins coordonnés interpelle la Cour des comptes* sur la nécessité de réglementer ces coûts à hauteur de ceux de la Sécurité sociale obligatoire, soit 4,5%, à l’instar de ce qui a cours pour d’autres assurances prévoyance par exemple.

 

Soins Coordonnés poursuit son action pour la sauvegarde de notre système de santé solidaire.

 

Contact – contact@soinscoordonnes.fr