Le vrai du faux sur le tiers payant généralisé (1/4)

Le tiers payant n’est pas inflationniste

 

  •  Aucune étude portant sur le tiers payant généralisé en France ou dans d’autres pays, n’a démontré son caractère inflationniste.

 

  • Affirmer que le tiers payant est inflationniste est une opinion : elle repose sur l’absence de régulation à l’entrée dans le système de soins en France. Cette absence de régulation sert d’argument aux adversaires du tiers payant qui affirment sans preuve que la population, si le tiers payant était généralisé, consulterait sous n’importe quel prétexte. Aujourd’hui, faire régler la consultation voire demander un dépassement de tarif est le mode de régulation choisi par certains médecins. Il s’agit ni plus ni moins d’une sélection par l’argent. Le tiers payant généralisé permet de pallier ce type de pratiques et de garantir l’accès aux soins.

 

  • Selon l’IRDES, ¼ des français déclare avoir renoncé à des soins au cours de l’année. Ce phénomène est d’autant plus dommageable qu’il aboutit à un « rattrapage » qui coûte finalement plus cher au système de santé. En effet, plus tôt les maladies sont prises en charge, moins elles sont graves et le coût de leur prise en charge peut être réduit. La qualité de vie du patient est préservée. Le tiers payant permettrait d’éviter les situations de renoncements aux soins pour difficultés financières.

 

  • Paradoxe : Les médecins libéraux craignent de voir leur patientèle augmenter. Ne devraient–ils pas être satisfaits d’avoir un agenda bien rempli ?