Sourd aux intérêts des malades, le Sénat adopte les réseaux de soins

Contre l’intérêt des malades et au détriment de notre modèle de protection sociale solidaire, les parlementaires poursuivent leur ouvrage de déconstruction de notre Sécurité sociale.

 

Aujourd’hui avec la validation des réseaux mutualistes, hier avec les mesures issues de l’Accord national interprofessionnel relatives à la mise en place des complémentaires santé étendues, les votes se succèdent dans l’urgence pour aboutir au même résultat : la fin de notre Sécurité sociale solidaire.

 

Sans concertation ni débat, alors même que la Sécurité Sociale annonce toujours davantage de déremboursements, nos représentants n’ont pas estimé nécessaire de répondre à l’inquiétude de la population quant à sa prise en soins solidaire.

 

Recul de la solidarité, mise à mal de l’universalisme, développement sans précédent des inégalités sociales de santé : les questions de fond demeurent.

 

Cette situation ne relève pas de la fatalité et nos Parlementaires ne peuvent continuer à voir les inégalités sociales de santé progresser notamment au détriment des jeunes, des chômeurs et des personnes âgées, leurs électeurs.

 

Privatiser la Sécurité Sociale au profit des assurances complémentaires santé c’est remplacer une logique solidaire par une logique comptable en dépit du bon sens.

 

Nous poursuivons notre action résolue, forts du soutien des professionnels, des patients et des jeunes pour que s’ouvre enfin le débat que mérite notre système de santé solidaire.

 

 

Contact – contact@soinscoordonnes.fr