Semaine de la vaccination : Les grands enjeux

Soins Coordonnés a assisté au colloque de l’Institut Droit et Santé de l’Université Paris Descartes « Vaccination et Droit » qui s’est tenu le 27 mars. L’occasion de faire le point sur quelques grands enjeux de la vaccination.

Soins Coordonnés se positionne en faveur d’une vaccination la plus généralisée et portée par le plus grand nombre de professionnels de santé possible. La semaine européenne de la vaccination est l’occasion de rappeler les enjeux de la vaccination.

Un scepticisme français ?

En 2015, selon une étude menée par les chercheurs du Vaccine Confidence Project, 40% des français doutaient de leur sécurité vis-à-vis de la vaccination.[1] Ce chiffre fait de la France l’un des pays les plus sceptiques vis-à-vis de la vaccination.
Cette défiance est générée notamment par les différentes crises sanitaires (H1N1 ; Mediator ; Levothyrox ; etc.), ainsi que des éléments sociologiques (défiance des autorités) et matériels (prix)[2].

Ayant permis d’éradiquer nombres de maladies (polio, diphtérie), le vaccin est, en un sens, victime de son succès : on ne voit pas toujours l’intérêt de prendre un risque (même minime) pour des maladies moins présentes.
Pourtant, la vaccination est essentielle pour la protection tant personnelle que collective en réduisant le nombre de personnes susceptibles de transmettre la maladie.

Une couverture vaccinale érodée

Ces hésitations vaccinales sont responsables de couvertures vaccinales contrastées selon les vaccins. En effet, les couvertures vaccinales sont toujours insuffisantes. On assiste ainsi à un retour de maladies qui étaient jusque-là presqu’éradiquées (rougeole, coqueluche, diphtérie). Leur élimination nécessite une couverture vaccinale de 95% ; une chute de quelques points peut donc avoir de graves conséquences.

Restaurer la confiance

Le droit à refuser la vaccination est un débat presqu’aussi ancien que la vaccination elle-même.

L’essentiel demeure de garder en tête que la vaccination n’est pas seulement un choix personnel : elle vise la protection de la population dans sa globalité.

C’est dans l’objectif de renforcer la confiance envers la vaccination et non de sanctionner que l’extension des obligations vaccinales des nourrissons s’est accompagnée de la suppression de la sanction pénale en cas de non-respect de cette obligation.

***********************

Le défi est majeur. Et, seule la mobilisation de tous permettra de freiner la désagrégation de la couverture vaccinale. Les compétences des professionnels de santé ayant la possibilité de vacciner (médecins, pharmaciens, infirmières, sages-femmes) doivent être mieux utilisées.

La désorganisation du système vaccinal est le reflet de la désorganisation de notre système de santé. Une meilleure organisation des rôles de chacun au sein des équipes de soins primaires (ESP) ainsi qu’un message vaccinal porté par l’ensemble des soignants du patient peut induire le renforcement de la couverture vaccinale.

Soins Coordonnés encourage une plus grande implication des professionnels de santé de ville, en particulier les médecins généralistes, les infirmiers et les pharmaciens.

 

Association Soins Coordonnés

Le 25 avril 2018

 

[1] Etude menée par les chercheurs du Vaccine Confidence Project (« Projet confiance dans les vaccins ») à la London School of Hygiene and Tropical Medicine

[2] La plupart des vaccins obligatoires ou recommandés sont remboursés par la sécurité sociale sur la base de 65 % du prix.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *