NOUVEAU RECUL POUR L’ACCES AUX SOINS

D’après le récent baromètre opinion Way : « Six français sur dix ont déjà remis à plus tard ou renoncé à une dépense de santé en raison de son coût. S’agissant d’une consultation chez les généralistes, 18% disent y avoir renoncé en 2014. Depuis 3 ans, cette proportion n’a cessé de progresser passant de 15% à 18%. » La même enquête précise ensuite que « 17% des français déclarent avoir privilégié les soins médicaux à l’hôpital plutôt que chez un médecin de cabinet. »

 

Au-delà des compétences et de la qualité de nos professionnels de santé, ces deux informations illustrent la désorganisation et l’échec auquel est confronté notre système de santé.

 

Ce constat est d’autant plus inquiétant que la Santé est financée en France par la solidarité. Cela veut donc dire qu’à ce jour, l’effort financier de toute la population ne permet pas à ceux qui en ont besoin de recourir aux soins courants. C’est un fiasco pour tous les acteurs de la santé, politiques et professionnels.

 

Pour ce qui concerne l’accès à l’hôpital, facilité par l’absence de frein financier à l’entrée, les malades dont l’état de santé ne relève pas de soins hospitaliers sont pris en charge aux tarifs et pratiques de l’hôpital en dépit du bon sens et des compétences disponibles du côté du premier recours.

 

En outre, ce désastre financier social et sanitaire jette une lumière crue sur le débat en cours sur le tiers payant dont l’annonce de la généralisation provoque l’ire des organisations de médecins libéraux. Or, cette opposition aboutit à ce que les malades renoncent à aller consulter médecins généralistes. La CNAMTS vient d’ailleurs de confirmer ce détournement avec une baisse de 3,5% des consultations de médecins généralistes.
Pour Soins Coordonnés, aux vues de ces chiffres alarmant, la mise en place d’un TIERS PAYANT de PREMIER RECOURS destiné aux médecins généralistes, infirmiers, pharmaciens, est urgente. Les modalités de mise en œuvre de ce tiers payant de premier recours doivent être simples avec une garantie de paiement du travail des professionnels. Il s’agit là d’une reconnaissance du rôle essentiel des professionnels du premier recours et d’un signal fort à envoyer à la population de faire appel en premier lieu à ces professionnels.

 

Le Tiers Payant de Premier Recours est une première étape pour faire revenir les patients à la médecine de ville. Cette mesure devra s’accompagner d’une organisation nouvelle des prises en charge des malades notamment des malades chroniques et des personnes âgées : prises en charge coordonnées entre médecins généralistes, infirmiers et pharmaciens dans un premier temps qui doivent chacun disposer d’un rôle et de compétences accrues.
La consultation infirmière pour les malades chroniques est une des premières mesures à promouvoir dans ce contexte.

 

L’information est parue dans le généraliste.fr