Développer la prise en charge des personnes âgées à domicile est possible !

La grande majorité des personnes âgée de notre pays vivent à domicile. Ils souhaitent rester dans leur cadre de vie habituelle et conserver leurs liens de voisinage ou familiaux.

Le recours à l’institutionnalisation en EPHAD (1) concerne à la fois peu de personnes (8 % d’entre elles) et pour peu de temps (durée moyenne de séjour : 22 mois).

(1) EHPAD – établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes

Le maintien à domicile est essentiel à l’équilibre de notre société. Il repose sur un triple enjeu :

–      la bienveillance à l’égard des personnes âgées et le respect de leurs choix,

–      La soutenabilité économique,

–      l’organisation des prises en charge à domicile tant du point de vue sanitaire que médico-social.

Ce dernier point, véritable défi, doit prendre en compte le retrait des médecins :

–      …des visites à domicile

–      …de territoires entiers : les déserts médicaux devenus le paradoxe extrême de nos sociétés d’abondance

–      …de la proximité et de la disponibilité : basculement vers des rendez-vous dématérialisés et rejets des patients lourds ou des personnes démunies

Ces retraits placent au premier plan des soins à domicile les IDEL(2)et comme premiers partenaires les pharmaciens d’officine, les kinés et les biologistes.

(2)IDEL – Infirmière diplômée d’état libérale

Une nouvelle organisation pragmatique appuyée sur la réalité de ce qui se fait aujourd’hui doit se développer.

Les IDEL tiennent à bout de bras la prise en charge des personnes âgées, il faut leur faciliter le quotidien et libérer leurs capacités d’innovations et d’initiatives.

Les quatre mesures à prendre d’urgence sont simples, peu couteuses et immédiatement opérationnelles :

–      Mise en place d’une « consultation infirmière » au sein des ESP(3): nouvel acte pour faciliter le premier recours et la première demande de soin.  Alors qu’aujourd’hui ces demandes de soins primaires aboutissent aux urgences hospitalières faute de réponse d’autres soignants, le contact direct avec une infirmière libérale garantit une réponse de qualité en toute sécurité ;

–      Déclenchement par le malade ou la famille, des soins à domicile pour les personnes âgées et dépendantespour une prise en charge au long cours. Aujourd’hui sur prescription d’un médecin uniquement, la DSI(4) et son renouvellement dans le temps long doivent être de la responsabilité de l’IDEL ;

–      Suivi du traitement à domicile et sa délivranceà l’initiative de l’IDEL pour les malades présentant un déficit ou une gêne majeures (Alzheimer, cécité, etc.) ;

–      Développement du suivi infirmier à domicile par les IDEL pour les maladies chroniques avec responsabilités thérapeutiquesqu’il s’agisse des ajustements de traitements ou de modifications de thérapeutiques.

(3) ESP – Equipes de soins primaires

(4) DSI – Démarche de Soins Infirmiers (programme personnalisé incluant soins d’hygiène, prévention et éducation, suivi de l’entourage y compris des intervenants médico-sociaux)

Ce big bang des soins à domicile pour les personnes âgées et dépendantes est une urgence absolue pour assurer la sécurité sanitaire des malades. Le recours aux structures dédiées aux urgences quelles que soient leur forme est un non-sens économique et une fausse sécurité pour répondre efficacement aux besoins de soins primaires.

La mobilisation des IDEL compétentes et présentes sur tout le territoire et de leurs partenaires professionnels de santé de premier recours (pharmaciens, kinés, biologistes pour commencer) permet d’apporter sans délai.

Des mesures simples et du courage politique pour mettre fin à des décennies d’atermoiements et de dégradation de l’accès aux soins pour tous sur tout le territoire.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *