Communiqué – La vaccination, un enjeu majeur de santé publique

A l’occasion de la Semaine européenne de la vaccination, l’association Soins Coordonnés rappelle le caractère essentiel et prioritaire de la vaccination.
L’efficacité du système vaccinal ne peut reposer que sur une prise en charge coordonnée et organisée entre les professionnels de santé de proximité.

 

Ces dernières années ont été marquées par une érosion conséquente de la vaccination. L’Invs estime à 5% la baisse de la couverture vaccinale des nourrissons au premier semestre 2015.

Pourtant, la vaccination est essentielle pour la protection tant personnelle que collective en réduisant le nombre de personnes susceptibles de transmettre la maladie.
On assiste ainsi à une résurgence de maladies qui étaient jusque-là presque éradiquées comme la rougeole, coqueluche, la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite, les méningites à Haemophilus, etc.

 

Pour exemple, la couverture vaccinale contre la coqueluche, diphtérie, tétanos et polio, qui était de 98% en 2004 pour les nourrissons, n’est aujourd’hui plus que de 70% chez les adolescents en âge d’un rappel.

 
La désorganisation du système vaccinal est le reflet de la désorganisation de notre système de santé. Et, seule la mobilisation de tous permettra de freiner l’érosion de la couverture vaccinale. En ce sens, Soins Coordonnés souhaite une plus grande implication des professionnels de santé de proximité, en particulier les médecins généralistes, les infirmiers et les pharmaciens.

 

Ceci ne peut se faire sans :

· La stabilisation du calendrier vaccinal et, par extension, du carnet de vaccination dont le format et le partage doivent être facilités

· L’élargissement de l’acte vaccinal aux infirmiers libéraux ainsi qu’aux pharmaciens d’officine, en appui des médecins généralistes

· La création d’une ligne prioritaire dédiée à la vaccination dans les orientations du DPC pluriprofessionnel.Cette formation devra comporter un volet pratique.

· L’implication croissante et systématique des professionnels de santé directement au contact de la population dans l’élaboration de la politique vaccinale

· La création de consensus locaux de professionnels autour de la prise en charge vaccinale afin de favoriser une bonne adhésion du patient

· La création de dispositifs d’échanges d’information entre les professionnels pratiquant la vaccination pour garantir une connaissance commune du parcours vaccinal du patient. La vaccination pourrait ainsi devenir la première pierre de constitution des équipes de soins primaires.
L’implication et une meilleure organisation des équipes de soins primaires est un gage de l’amélioration de la couverture vaccinale et, par là même, de l’amélioration de la santé de la population.