3 questions à … Thierry COTE, biologiste médical, sur la question de la pertinence

Thierry COTE est Biologiste Médical. Après avoir exercé en libéral, il est remplaçant et Auditeur Qualité en Biologie. Ayant été interpellé par notre tribune consacrée à la pertinence des soins, nous lui avons proposé de répondre à quelques questions.

1. En quoi notre tribune sur la pertinence des actes a-t-elle fait écho à votre exercice quotidien ?

 

En lisant votre texte, j’ai repensé à des mécanismes de redondance de prescriptions biologiques entre la ville et l’hôpital, que je pensais avoir disparu et que j’ai pu croiser assez récemment dans mes remplacements.
Il s’agit essentiellement de patients qui arrivent dans un Établissement de Santé avec des résultats biologiques de ville du matin. Ces examens sont redemandés dans l’ETS sans information au laboratoire, les résultats sont confirmés après contrôle, la décision est prise de transférer dans un autre ETS plus équipé, les examens sont à nouveau refaits dans ce 2e ETS, et, enfin, le patient est pris en charge médicalement….en fin de soirée….Dans certains cas (acidose aiguë, aplasie) cet enchaînement peut entraîner une perte de chance pour le patient.

 

2. Quelles sont selon vous les principales raisons de cette redondance d’actes ?

 

Ce sont essentiellement des mauvaises habitudes sur fond d’élitisme ancien et mal placé, voire de principe de précaution excessif et non justifié. Chacun pense que le patient doit avoir un bilan d’entrée en arrivant dans « son » Établissement et se justifie lorsqu’on pousse la discussion, en invoquant une variabilité et une incertitude sur les résultats de la biologie de ville qui sont maintenant d’un autre âge, partout sur le territoire, du fait de l’accréditation opposable qui fait que 100% des laboratoires de biologie ont été audités au moins une fois à ce jour pour vérifier la conformité de leur fonctionnement aux exigences de la norme internationale d’accréditation.

 

3. Que préconiseriez-vous pour encourager le développement de soins plus pertinents et justes ?

 

Le bilan d’entrée d’un patient en Établissement de Santé doit impérativement n’être qu’un complément d’examens réalisés par les équipes de ville et dont les résultats ont justement motivés l’hospitalisation du patient. Ces résultats viennent d’un laboratoire de biologie accrédité et doivent être intégrés au dossier, permettre au médecin qui accueille le patient dans l’ETS d’agir de suite. La numérisation des données médicales doit être appelée pour aider les équipes à optimiser ce qu’ils ont sous la main. Il faut réfléchir à un moyen pour que la redondance ne puisse plus être financée sur fonds publics et pénalise directement le budget des ETS afin de les amener à mettre en place et pérenniser des conduites vertueuses en la matière.

 

Propos recueillis par Soins Coordonnés

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *