3 questions à… l’ANEPF

A l’occasion du troisième numéro de l’Œil sur la pharmacie de l’Association Nationale des Etudiants en Pharmacie de France (ANEPF) consacré aux nouvelles missions du pharmacien, Soins Coordonnés a interrogé Hadrien PHILIPPE, Vice-Président en charge des Relations Professionnelles de l’ANEPF.

 

 

1)      Quelles sont les ambitions de l’ANEPF ?

 

Vaste question. L’ANEPF est avant tout une structure ayant fait le choix de porter la voix des 33 000 étudiants en pharmacie qu’elle représente. Elle s’inscrit de plus en plus comme un interlocuteur privilégié sur toutes les questions d’avenir de la profession (à la fois sur l’exercice, sur le modèle économie), d’amélioration des études, des conditions sociales des étudiants, de promotion de campagnes de santé publique…

 

2)      Comment envisagez-vous l’évolution du métier de pharmacien ?

 

Il faut casser les comptoirs !

 

Le métier de pharmacien doit dorénavant évoluer en faveur du développement des services ! La simple distribution des médicaments associée à l’acte de dispensation ne doit plus être la seule activité pratiquée à l’officine.

 

Le pharmacien est le seul professionnel de santé chez qui l’on se rend sans prise de rendez-vous et qui dispose d’une répartition unique sur le territoire. Les mauvaises perspectives économiques actuelles, l’arrivée des nouvelles technologies, l’ubérisation de la société poussent à repenser notre façon d’exercer.

 

Ce que l’ANEPF porte, c’est un exercice proche des patients à leur écoute en développant le rôle du pharmacien dans le suivi des pathologies chroniques par la poursuite de la mise en place d’entretiens pharmaceutiques (AVK, asthme, nutrition, tabac, etc…). Nous souhaitons également que le pharmacien puisse vacciner, modifier des posologies sous condition, revoir certaines prescriptions en accord interprofessionnel avec le médecin,  développe son activité dans le maintien à domicile, développe ses liens avec les professionnels de santé pour un exercice collégial.

 

Le pharmacien a également besoin qu’on lui fournisse davantage d’informations sur le patient qui se présente afin de lui permettre de délivrer tous les conseils possibles associés à l’ordonnance. Il devra également associé la e-santé à son futur exercice.

 

Cependant, ces nouvelles missions ne pourront exister sans un véritable modèle économique viable qui sortira des marges à la boite pour devenir une rémunération à l’acte et sans un réarrangement de l’espace intérieur de la pharmacie.

 

Le pharmacien a un bel avenir, à condition que nous le mettions en place !

 

3)      Quelles sont vos prochaines actions ?

 

Nous poursuivons nos rencontres et prises de rendez-vous auprès des acteurs du monde professionnel. Nous allons également lancer une grande campagne d’information et de sensibilisation à la contrefaçon des médicaments à partir du 20 Juin sur l’ensemble des territoires visible du grand public puisque la campagne sera diffusée auprès de l’ensemble des pharmacies. Nous approchons du but de notre mandat, en effet ce dernier ce clôturera fin Juin lors de notre congrès à Marseille au cours duquel nous aurons à coeur de réunir près de 300 étudiants en pharmacie venant des 4 coins de la France.

 


 

L’Association Nationale des Etudiants en Pharmacie de France (ANEPF) représente plus de 33 000 étudiants et les associations des 24 facultés de pharmacie de France. Elle représente et défend d’une voix unique et apartisane les étudiants en pharmacie auprès des instances universitaires, ministérielles et professionnelles. Pour consulter le site de l’ANEPF : http://www.anepf.org/

Imprimer cet article Imprimer cet article     Partager avec un ami