Fin de vie: Pour le bien des patients, les professionnels de santé aussi doivent être accompagnés

Mercredi 27 janvier 2016

Fin de vie:

Pour le bien des patients, les professionnels de santé aussi doivent être accompagnés

 

Le texte autorisant notamment « une sédation profonde et continue provoquant une altération de la conscience jusqu’au décès » est en cours d’adoption à l’Assemblée nationale. Il devrait mettre en place des directives anticipées contraignantes et renforcer le refus de l’obstination thérapeutique déraisonnable.

A cette occasion, Soins Coordonnés souligne la nécessité de soutenir et accompagner les professionnels de santé de ville sur les questions de fin de vie.

Face à la complexité de ces enjeux, il est urgent de proposer un accompagnement solide des professionnels de santé ambulatoires pour permettre une appropriation rapide de l’ensemble des évolutions législatives consécutives à la loi Leonetti-Claeys.

Le texte de loi en l’état prévoit un développement de la formation initiale et continue de certains professionnels de santé pour ce qui concerne les soins palliatifs. Cependant une partie des patients en situation de fin de vie souhaite rester à domicile. A ce titre, les professionnels de santé de ville, impliqués dans la prise en charge de leurs patients, répondent avec pertinence aux besoins et aux attentes des malades et de leurs familles.

Donnons-leur les moyens de consolider l’accompagnement de qualité qu’ils apportent aux patients en fin de vie et à leurs aidants.
Afin de mieux outiller les professionnels de santé de ville, Soins Coordonnés propose de développer un plan de formation pluridisciplinaire des professionnels de ville au travers:

  • Du DPC pluriprofessionnel qui constitue une réponse appropriée aux besoins et attentes des professionnels pour mieux prendre en charge les patients dans le domaine de la fin de vie ;

 

  • De la construction des équipes pluriprofessionnelles de prise en charge des patients  en ville pour accompagner à domicile ceux qui le souhaitent.