Développer la coordination ville-hôpital en chimiothérapie orale : une nécessité

Mercredi 13 janvier 2016

BRÈVE

Développer la coordination ville-hôpital en chimiothérapie orale : une nécessité

La chimiothérapie orale occupe une place de plus en plus importante dans le traitement des cancers. La part des traitements du cancer par voie orale représentait 25% en début de décennie et pourrait atteindre 50 % en 2020. Les avantages de ce type de traitements sont nombreux : profil d’administration plus simple et plus confortable pour les malades, un gain d’efficacité démontré.

Néanmoins, cette évolution doit s’accompagner de points de vigilance, notamment la surveillance des risques de mauvaise observance du traitement.

D’autre part, le lien ville-hôpital reste à développer autour de cette problématique même si les différents plans cancers, et particulièrement le dernier en date, ont largement mis en avant l’importance de la coordination ville-hôpital. Enfin, il demeure une réelle distorsion de perception des médecins hospitaliers et de ville quant au rôle de ces derniers dans la prise en charge des patients atteints de cancer.

Heureusement, des projets encourageants se mettent en place : celui que Soins Coordonnés développe avec l’URPS des Pharmaciens de PACA, à l’instar de celui développé par les Hospices Civils de Lyon.

Imprimer cet article Imprimer cet article     Partager avec un ami